Retour sur le mini-Festival Open Source Ecologie

Le 30 janvier, vous avez été nombreux à venir écouter, échanger et déguster du bon café avec nous au Jardin d’Alice !

Pour ceux qui n’ont pas pu être parmi nous, voici une séance de rattrapage (oui, on est sympa, on est comme ça)…

C’était un samedi après-midi pluvieux ; bravant le froid, le vent et la pluie, de petites figures encapuchonnées, trempées de la tête au pied, parcourant les rues de Montreuil, sont venues frapper à la porte d’un lieu atypique. La porte, recouverte d’autocollants en tout genre, était surmontée d’un écriteau accueillant, signalant l’entrée du Jardin d’Alice. Ouf, on ne s’est pas trompé d’endroit !

A l’intérieur ? Un lieu incroyable et foisonnant. Autour d’un bon poêle à bois, nos aventuriers du samedi déposent leurs manteaux trempés et se réchauffent un peu.

On papote, on découvre émerveillé les diverses œuvres qui ponctuent la pièce, on joue avec les plus petits…

L’heure de débuter les choses sérieuses arrive à grand pas, et les visiteurs sont invités à écouter une première conférence sur l’une des applications de l’énergie solaire à savoir la torréfaction du café.

François nous y raconte ses pérégrinations au cœur du Pérou, où l’aventure « Compadre » l’a amené à mettre en place des concentrateurs solaires permettant à de petits producteurs de café de torréfier eux-mêmes sur place leur récolte. Vous pouvez visualiser le support de la présentation de François ici.

Après avoir rêvé de soleil et d’Amérique du Sud, nous avons déguster une excellente tasse de café.

À la fin cette pause dégustation, Thibaut, Hugo et Andréa nous ont expliqué les bases de l’utilisation de l’énergie solaire (présentation accessible ici), et nous ont raconté le projet Solar OSE et ses récents progrès (présentation accessible ici).

Sur le coup des 18 heures nous avons pu échanger autour d’un apéro décontracté, l’occasion de discuter de tout et de rien avec des gens tous plus incroyables les uns que les autres.

Entre deux poignées de cacahuètes, certains ont même eu la chance de parler à Jean Boubour, puits de connaissances sur le solaire. Pour ceux qui n’ont pas noté le nom de son site où il décrit son propre concentrateur solaire…on est sympa, on vous redonne l’adresse de son projet Soleil-Vapeur.

Nous remercions chaleureusement le Jardin d’Alice et ses occupants pour leur accueil. Nous vous recommandons de faire un tour dans cet endroit incroyable, lors d’une représentation ou une expo : ça vaut vraiment le coup !